Travail subordonné

Pour le travail subordonné : parcours d’entrée
 
« Nulla Osta » (Autorisation) et Contrat De Séjour:
Comme première condition requise pour permettre l’entrée en Italie pour des raisons de travail subordonné il faut qu’un employeur présente en Italie une demande d’autorisation à l’embauche d’un étranger résident à l’étranger, cette demande s’appelle “Nullaosta” (demande d’autorisation) pour le travail. l faut en effet présenter la demande au “Sportello Unico Immigrazione” (Guichet Unique Immigration) de la province où aura lieu le travail, et ceci dans le cadre des quotas prévues par le “décret des flux” en vigueur qui établit le nombre maximum de citoyens étrangers non communautaires admis chaque année à travailler sur le territoire national. L’employeur, avec cette demande d’autorisation au travail, propose une offre de travail comportant une rémunération non inférieure aux minima légaux et conventionnels italiens, une proposition de contrat de séjour et la documentation certifiant l’existence d’un hébergement approprié pour le travailleur étranger.

Visa d’entrée
Le visa, qui se présente comme une vignette adhésive appliquée sur le passeport ou sur un autre document de voyage valide du demandeur, est une autorisation accordée à l’étranger pour l’entrée dans le territoire de la République italienne. Le visa d’entrée pour du travail subordonné en Italie peut être demandé et obtenu auprès de l’Ambassade italienne compétente dans le pays d’origine d’ici 180 jours à partir de la date de délivrance de l’autorisation au travail de la part du “Sportello Unico Immigrazione” (Guichet Unique Immigration).

Demande de Permis de Séjour
D’ici 8 jours à partir de la date d’entrée en Italie, le travailleur doit se rendre auprès du « Sportello » qui a délivré l’autorisation pour signer le contrat de séjour et il doit présenter une demande de permis de séjour, en cas contraire il sera considéré en situation irrégulière sur le territoire national.